Monde-nouveau
Slogan du site

Donner accès à des textes connus et surtout peu connus liés à l’histoire du mouvement libertaire ; présenter des réflexions et des débats.

Le massacre par le Hamas de centaines de civils n’a rien d’un acte de résistance
Article mis en ligne le 11 octobre 2023

par Eric Vilain

Le massacre par le Hamas de centaines de civils n’a rien d’un acte de résistance

http://demainlegrandsoir.org/spip.php?page=article&id_article=3169
par siksatnam

11 octobre 2023

Les premiers communiqués du NPA (tendance Poutou) et de la LFI concernant l’offensive du Hamas contre Israël ont été odieux. Pour le premier, il s’agissait de « rappelé son soutien aux Palestiniens/nes et aux moyens de lutte qu’ils et elles ont choisi pour résister ». Pour le second, la LFI nous explique que la barbarie du Hamas est "une violence [qui] ne produit et ne reproduit qu’elle-même". Par la suite, les deux organisations ont rétropédalé par la voix de certains de leurs responsables respectifs.

Ceci étant, ces "dérapages" finalisent une lente dérive qui se traduit sur une complaisance constante vis à vis des l’islam politique et des amitiés avec les groupes identitaires comme le Parti de Indigènes de la République. Ne serait-il pas le temps pour clarifier les choses et rompre avec les capitulations idéologiques d’une partie de la gauche extrême et libertaire ?

Le massacre par le Hamas de centaines de civils n’a rien d’un acte de résistance. Il ne sert en aucune façon la cause Palestine... D’un point de vue militaire cette offensive était vouée à l’échec. Elle ne pouvait pas aboutir face à la puissance de l’armée israélienne. Toujours de ce point de vue , il s’agit d’un crime de guerre. D’un point de vue géopolitique, elle s’inscrit dans un schéma international où s’entrecroisent les intérêts contradictoires de l’Iran, de l’Arabie Saoudite, du Qatar, de la Turquie et de bien d’autres acteurs. D’un point de vue culturel, en massacrant par centaines les teufeurs pacifistes du désert, elle dépasse le simple périmètre d’Israël en s’attaquant à ce que le Hamas considère, a tord, être un symbole de "l’occident décadent".

A l’arrivée, ce sont les peuples Palestiniens et Israélien qui en paient le prix fort. Les premiers vont être écrasés sous les bombes et vont subir un blocus total. Les seconds sont morts par centaines en payant les politiques colonialistes de leurs gouvernements et leurs manœuvres pour affaiblir le camp palestinien en privilégiant l’émergence du Hamas dans la bande de Gaza.

La gauche française, dans toutes ses composantes, devrait choisir le camp du soutien inconditionnel aux peuples palestinien et israélien plutôt que de s’étriller une nouvelle fois et d’aller manifester pour les uns ou les autres alors qu’il convient de manifester pour les uns et les autres !